Dans le cadre d’une séquence sur le genre de la lettre au XVII et XVIII, les élèves ont rédigé des lettres  à la manière de Montesquieu, dans les lettres persanes : il s’agissait de critiquer un aspect de notre société avec un regard distancié, en maniant le faux étonnement et l’ironie. Voici la lettre de William Bonnet, particulièrement réussie.

Mon cher ami,

Depuis plus d’un siècle, tous les enfants sont obligés d’aller dans un endroit fermé, armés d’un sac, pour travailler et apprendre de 8heures à 17h30. Dure journée !

Ces jours sans fin débutent très tôt dans la vie d’un petit humain : dès qu’il est propre, vers 3 ans, commence le bagne. Les parents semblent heureux de s’en débarrasser pour la journée. Cet endroit qui paraît sympathique regroupe toute une société de petits d’hommes. Comme dans la jungle, il y a des dominants et des dominés, une grande férocité y règne. Ils sont sous la garde d’adultes qui eux ont choisi d’y passer 54 ans de leur vie ! Vous rendez-vous compte, cher ami ! Surtout n’allez pas dire à ces enfants que ça durera au minimum 16 ans (ou pour certains à perpétuité…). Certains pourraient décider de s’évader.

Et pourtant, il y a des pays où les enfants rêvent d’y aller. Car savoir, c’est être libre !

Je vous dis au revoir et à bientôt !

William Bonnet