no images were found

Comme certains d’entre vous, habitués du Parc Rivière, l’ont sans doute remarqué, la zone du Parc où était située l’ancienne mare a été aménagée par la municipalité en jardins partagés.

Le concept est simple : des parcelles sont attribués aux habitants du quartier qui en font la demande. Si chaque parcelle est le plus souvent individuelle, la gestion du jardin, elle, dépend de l’ensemble des jardiniers. La mise en œuvre et l’animation de ce jardin a été confiée à une association bordelaise : les jardins d’aujourd’hui.

Clisthène, en tant que structure active du quartier, s’est vue proposée une parcelle de 24 m2, parcelle que nous avons bien évidemment acceptée avec plaisir.

Depuis quelques années, les élèves de 6e de Clisthène avaient, au troisième trimestre, un atelier botanique, atelier qui permettait de concilier apprentissage du jardinage et une grande partie du programme de SVT.  Cette année, nous avons monté avec l’association « les jardins d’aujourd’hui » un projet d’action culturelle afin de nous lancer dans un projet ambitieux mêlant sciences, français, jardinage et arts plastiques. L’attribution de cette parcelle au Parc Rivière fut une occasion inespérée de mettre en place un tel projet.

Nous avons profité de la semaine interdisciplinaire sur les  sens pour démarrer ce projet en décidant de nous lancer dans un jardin des 5 sens, un jardin où les saveurs se mêleraient aux couleurs, les sons aux odeurs et aux sensations tactiles.

Sur cet atelier du jeudi après midi sont venus se greffer des projets interdisciplinaires : un projet mathématiques et sciences pour calculer aires et périmètres des zones de plantation et un projet sciences / français pour raconter l’aventure de la création de ce jardin sous forme de blog.

Vous trouverez les articles de ce blog à la catégorie Blog-tanique. Certains posts racontent les différentes séances, d’autres donnent des renseignements sur les plantes ou les outils. Ils seront bientôt agrémentés de plans, dessins, schémas et photos.

Le grand inconvénient d’un jardin scolaire est qu’il est difficilement compatible avec le temps scolaire, notamment durant les vacances. Heureusement, nous avons des élèves motivés qui ont à cœur de s’en occuper sur leur temps libre. Notre envie est que, dans la philosophie de Clisthène, ce jardin soit autant celui de la structure que celui des élèves et de leur famille. N’hésitez pas à le visiter, à nous donner des conseils, à nous faire part de vos réflexions. Certains parents nous ont offert des plants de leur jardin, d’autres se sont proposés pour l’entretenir durant l’été. Nous les en remercions. Un tel projet ne peut pas durer qu’un seul trimestre et ne trouve son sens que dans la continuité. Nous espérons bien qu’à la rentrée prochaine, les futurs 5e, alors jardiniers aguerris, serviront de tuteurs au nouveaux 6e.

Anne Hiribarren, professeur de français

Cédric Pignel, professeur de sciences expérimentales